Les entorses cervicales bénignes

 

Ces blessures se rencontrent la plupart du temps dans les sports suivants : rugby, football américain, sports de combats, gymnastique etc. … Par contre, aussi nous la constatons souvent lors des accidents de la voie publique (choc arrière : coup du lapin).

Elles se produisent lors des mouvements forcés d’hyperflexion (la tête projetée violemment en avant, le menton touche le sternum parfois) ou d’hyperextension (la tête projetée violemment à l’arrière).

Les ligaments qui rattachent les sept vertèbres cervicales entre elles sont soumis alors à de fortes tensions au cours de ces traumatismes. Des lésions plus ou moins graves et étendues surviennent. Elles peuvent aller du simple étirement à la rupture ligamentaire avec parfois des fractures associées mais nous nous en tiendrons qu’aux entorses bénignes.

Ces entorses concernent surtout la 5ème, 6ème et 7ème vertèbre cervicale (étage inférieur de la colonne cervicale). Par contre, il faut toujours penser à la fracture de la 2ème vertèbre cervicale, appelée odontoïde et dans ce cas là, c’est une urgence vitale. On évacue toujours le blessé dans une civière avec la colonne cervicale totalement immobilisée jusqu’au centre hospitalier, où seront réalisés les premiers examens radiologiques qui permettront d’éliminer cette redoutable fracture.

Remarque importante : le rachis cervical traumatisé doit toujours faire l’objet de la part du personnel médical d’une extrême prudence car toute mobilisation imprudente de la tête peut provoquer des dégâts considérables et irréversibles au niveau de la moelle épinière.

Affichage de photos entorse cervicale 2 .png

Les signes ressentis par la victime : souvent sur le terrain, le sujet ne se relève pas et il se plaint de douleurs intenses au niveau de sa colonne cervicale. A l’interrogatoire, il peut signaler un craquement survenu dans sa chute et il peut aussi nous décrire les circonstances de l’accident tout en restant au sol immobilisé. On pourra s’aider du témoignage des sportifs présents lors de cette malencontreuse action.

Le constat du médecin sur le terrain objective à la palpation des contractures douloureuses des masses musculaires avec une zone algique bien localisée en regarde des vertèbres cervicales atteintes. Il faudra toujours éliminer par un examen neurologique qu’il n’y ait aucune atteinte nerveuse en recherchant les réflexes, le tonus musculaire et la sensibilité au niveau des membres supérieurs et inférieurs.

La mobilisation extrêmement prudente par un praticien expérimenté de cette colonne cervicale met en évidence une limitation de tous les mouvements de la tête. La douleur est telle parfois que le patient se met dans une attitude en inclinaison-rotation (torticolis).

 

Affichage de photos entorse cervicale 3.jpgLe bilan radiographique comprend des clichés radiologiques du rachis cervical de face, profil, de ¾ droit et gauche et de la 1ère (atlas) et 2ème (axis) vertèbre cervicale de face, bouche ouverte. Une tomodensitométrie (scanner) sera réalisée en complément si on a le moindre doute sur une fracture ou sur une luxation de vertèbre.

Le plus souvent lors des entorses cervicales bénignes, on pourra constater une normalité, une rigidité ou une dysharmonie de la courbure dans sa partie basse.

Le traitement repose sur l’immobilisation cervicale par un collier qui sera porté sur une durée de 15 à 21 jours en fonction des douleurs. On associera des anti-inflammatoires, des décontractants musculaires et des antalgiques. La kinésithérapie et la physiothérapie sont de règles. Un examen clinique à distance sera utile pour apprécier la mobilité rachidienne et l’éventuelle guérison.

En conclusion, le blessé reste toujours sous surveillance médicale et au moindre signe de complications constaté par celui-ci , on lui conseillera de revoir rapidement son médecin.

La plupart du temps ces entorses cervicales bénignes, si elles  ne sont pas prises en charge en rééducation fonctionnelle persistent sous forme de minimes séquelles : raideur matinale, contracture musculaire, cervicalgies etc… .